Télécharger la brochure
→ format dense
→ format dense en cahier
→ format pour prise de notes
→ format notes en cahier
→ en discuter sur le forum

Le CorteX (Collectif de recherche transdisciplinaire Esprit Critique & Sciences) est un collectif d’enseignants-chercheurs qui se consacrent à la construction de la pensée critique. Il est né en 2010 à l’Université Grenoble-Alpes avec des antennes à Montpellier et Marseille. Animé par 10 formateurs professionnels et un réseau de contributeurs, il met à disposition les travaux de tous les acteurs – enseignants, chercheurs, étudiants – travaillant sur un sujet développant le critical thinking, l’esprit critique, quelle que soit leur origine disciplinaire.

contact@cortecs.org

INDICE est un collectif lyonnais né à Nuit Debout avec l’objectif d’écrire et de diffuser des brochures d’analyses sociales et politiques, à prix libre. Il gère un infokiosque itinérant et des boîtes à brochures installées en ville.

indice@riseup.net

Moisissures argumentatives pour élections et autres concours de mauvaise foi

Un avis mesuré devrait s’appuyer sur des arguments logiques, des preuves vérifiables et un raisonnement clair. Malheureusement, on observe trop souvent des arguments fallacieux, des preuves difficiles à évaluer et des raisonnements biaisés ou des sophismes. Nous avons coutume de les appeler des moisissures argumentatives.

Cette brochure en présente 25 brièvement avec deux exemples, et libre à vous de noter ensuite de nouvelles citations durant la campagne 2017 !

Apprenez à repérer les erreurs logiques, les travestissements et les attaques !

Creative Commons BY-SA.

24 janvier 2017.

Écrit initialement par Richard Monvoisin et Stanislas Antczak.

https://cortecs.org/materiel/moisissures-argumentatives/

Remanié maintes fois depuis par le collectif CorteX et d’autres.

Mis en page et diffusé par le collectif INDICE avec l’accord des auteurs.

Enrichi d’exemples nouveaux, de la reformulation de quatre moisissures, de l’ajout de trois autres, d’une liste de phrases qui « sentent le moisi » et de l’ajout de quelques liens.

    Erreurs logiques

  1. La généralisation abusive
  2. Prendre un échantillon trop petit et en tirer une conclusion générale.

    « Les Chinois sont sympas, j’ai un pote chinois et il est cool. Les Lapons par contre... » (tend vers le racisme ordinaire et l’essentialisme)

    « Donald Trump est anti-mexicain, comme tous les habitants des États-Unis. »

  3. Le raisonnement panglossien
  4. Raisonner à rebours, vers une cause possible parmi d’autres, vers un scénario préconçu ou vers la position que l’on souhaite prouver.

    « C’est fou, la banane a été créée pour être facile à éplucher. »

    « Les constantes cosmologiques sont si finement réglées, qu’en changeant un chiffre après la virgule, le monde serait resté chaotique – et nous ne serions pas là : c’est la preuve d’une volonté cosmique. » (Argumentaire des frères Bogdanoff.)

  5. Le Non sequitur (« qui ne suit pas les prémisses »)
  6. Tirer une conclusion ne suivant pas logiquement les prémisses.

    Deux types d’argumentaires :

    Si A est vraie, alors B est vraie. Or, B est vraie, donc A est vraie.

    Si A est vraie, alors B est vraie. Or A est fausse, donc B est fausse.

    Attention : la conclusion peut être finalement juste, mais le raisonnement est faux.

    « Tous les consommateurs d’héroïne ont commencé par le haschisch. Tu fumes du haschisch, donc tu vas finir héroïnomane. »

    « Les crimes augmentent quand augmente l’immigration. Si on réduit l’immigration, on réduira le nombre de crimes. » (en plus, problème de corrélation ici)

  7. L’analogie douteuse
  8. Discréditer une situation en utilisant une situation de référence lui ressemblant de manière lointaine.

    « Vous refusez de débattre avec les créationnistes, vous êtes anti-démocratique. »

    « L’Obama Care c’est le Communisme ! »

    Variante : le syndrome de Galilée :

    « Vous me dites que ma thèse est fausse, mais Galilée aussi a été condamné et pourtant il avait raison. »

  9. L’appel à l’ignorance (ou argumentum ad ignorantiam)
  10. Prétendre que quelque chose est vrai seulement parce qu’il n’a pas été démontré que c’était faux, ou que c’est faux parce qu’il n’a pas été démontré que c’était vrai.

    « Il est impossible de prouver que je n’ai pas été enlevé par des extraterrestres. Donc j’ai été enlevé par des extraterrestres (argument de Raël). »

    « Il n’est pas démontré que les ondes des compteurs électriques ne sont pas nocives. Donc elles le sont. »

  11. L’erreur de causalité
  12. Confondre conséquence et postériorité. B est arrivé après A donc B a été causé par A. Après cela, donc à cause de cela.

    « J’ai bu une tisane, puis mon rhume a disparu ; donc c’est grâce à la tisane. »

    « J’ai éternué, et hop, il a plu ! »

    Travestissements

  13. Le raisonnement circulaire
  14. Affirmer quelque chose en basant sa proposition sur un fait qui n’a pas été prouvé (pétition de principe) ou interroger en incluant des présupposés non acceptés par l’interlocuteur (plurium interrogationum).

    « Jésus est né d’une vierge. Comment cela serait-il possible sans l’intervention divine ? »

    « Avez-vous arrêté de battre votre femme ? »

  15. Le faux dilemme
  16. Réduire abusivement le problème à deux choix pour conduire à une conclusion forcée. Invalider l’un pour valider l’autre n’est possible que si les deux choix sont non seulement compétitifs, mais contradictoires.

    « Ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous (l’argument dit de George W. Bush). »

    « Vous avez deux solutions, le suicide collectif, c’est à dire le repli identitaire ou la voie européenne. (Vincent Peillon, 18 janvier 2017 sur BFM) »

  17. La technique du chiffon rouge (ou hareng fumé)
  18. Déplacer le débat vers une position intenable par l’interlocuteur.

    « Remettre en cause le lobbying industriel sur les nanotechnologies ? Autant revenir à la lampe à huile et à la marine à voile ! »

    « Et tous ces gens qui me soutiennent, ce sont des idiots, peut-être ? »

  19. L’argument d’autorité (ou argumentum ad verecundiam)
  20. Invoquer une personnalité faisant ou semblant faire autorité dans le domaine concerné.

    « Isaac Newton était un génie, et il croyait en Dieu, donc Dieu existe. »

    « Si même Nicolas Hulot met du shampoing Ushuaïa, c’est que ça doit être sain. »

  21. L’appel au peuple (ou argumentum ad populum)
  22. Invoquer le grand nombre de personnes qui adhèrent à une idée, sa popularité.

    « Des millions de gens regardent TF1, ça ne peut donc pas être si nul. »

    « La majorité des français votent, ça prouve que le système fonctionne. »

    « Ils voient que nous sommes des milliers. » (Emmanuel Macron, meeting du 4 février 2017.)

  23. L’appel à la pitié (ou argumentum ad misericordiam)
  24. Plaider des circonstances atténuantes ou particulières qui suscitent de la sympathie ou de la solidarité et donc cherchent à endormir les critères d’évaluation de l’interlocuteur.

    « Sarkozy a été pris en grippe par tous les médias alors qu’il aurait dû bénéficier de la présomption d’innocence ! »

    « François Fillon est accusé d’avoir détourné de l’argent public pour sa femme, mais c’est parce qu’il l’aime. »

  25. L’appel à une cause
  26. Projeter des attentes ou volontés sur une entité fictive qui soutient l’argumentation sans que l’opinion de celle-ci ne puisse être consultée, comme la Patrie, Dieu, la Planète, les enfants, la survie de l’espèce,...

    « Je me bats contre le mariage homosexuel pour protéger nos enfants avant tout. »

    « Si j’ai tué ces terroristes, ce n’était pas par haine, mais pour défendre les valeurs de ma patrie. »

  27. La valeur phare
  28. Miser sur un aspect particulier qui serait intrinsèquement positif :  le naturel, la nouveauté, l’ancienneté, la tradition, l’exotisme,...

    « Que les moines tibétains sachent léviter, c’est assez prévisible. Ils sont balèzes, là-bas. » (argument de l’exotisme)

    « J’ai ma voiture depuis vingt ans, ils savaient les faire solide à l’époque ! » (argument de l’ancienneté)

  29. L’imposture intellectuelle
  30. Importer des termes techniques ou scientifiques inappropriés dans un autre champ, sans que le discours ne soit éclairé par l’emprunt pour se donner un vernis de crédibilité.

    « Ma théorie énergétique quantique fait appel aux intrications ionisantes pour nettoyer vos chakras. »

    « C’est ce qu’on appelle la congolexicomatisation des lois du marché. »

    Attaques

  31. L’enfumage
  32. Utiliser des termes compliqués ou des faits méconnus pour que l’interlocuteur ne les comprenne pas, en espérant qu’il n’osera pas questionner pour ne pas passer pour un inculte.

    « Cette situation n’est pas sans rappeler la désastreuse confédération de Sénégambie. »

    « Je ne reviendrai évidement pas sur les catégories nouménales de Kant, que tout élève de terminale connaît. »

    Variante : L’argument du silence (argumentum a silentio) : accuser l’interlocuteur d’ignorance d’un sujet parce qu’il ne dit rien dessus.

    « Je vois que vous ne connaissez pas bien la philosophie politique puisque vous passez sous silence les travaux de John Rawls ! »

  33. Le tsunami péremptoire
  34. Submerger l’interlocuteur de conclusions ou de questions pour ne pas lui laisser le temps de répondre ou donner l’impression d’être plus convainquant, alors qu’aucun argument n’a été exposé.

    « Le tabac provoque des cancers, favorise des entreprises étasuniennes et les mégots polluent la planète ! »

    « Vos actions ont été néfastes pour les enseignants, pour les ouvriers, pour les paysans. Que comptez-vous faire pour réduire le chômage ? »

  35. Le mille-feuille argumentatif
  36. Empiler un foisonnement d’arguments faibles dans un maillage si serré qu’ils se renforcent réciproquement sans qu’on puisse les confronter entre eux.

    « Et le drapeau qui flotte ? Et les ombres non parallèles ? Et les croix de cadrage ? Et les ceintures de Van Allen ? Et Stanley Kubrick ? Tout ça prouve bien qu’on est jamais allé sur la Lune ! »

  37. Le déshonneur par association
  38. Comparer l’interlocuteur ou ses positions à une situation ou à un personnage servant de repoussoir.

    « Tu critiques la psychanalyse ? Comme Jean-Marie Le Pen ! »

    « Tu donnes la parole à quelqu’un qui défend la liberté d’expression, même pour des négationnistes ? Alors il est négationniste. Et toi, tu es cryptonégationniste ! »

  39. La pente savonneuse
  40. Faire croire que si on adopte la position de l’interlocuteur, les pires conséquences, les pires menaces sont à craindre.

    « Légaliser la marijuana, c’est accepter de voir des junkies partout dans nos rues. »

    « Si on autorise le mariage pour tous, alors pourquoi pas le mariage avec des animaux, et même l’inceste et la pédophilie ? »

  41. L’épouvantail (dite aussi de l’homme de paille)
  42. Travestir la position de l’interlocuteur en une autre, plus facile à réfuter ou à ridiculiser.

    « Les théoriciens de l’évolution disent que la vie sur Terre est apparue par hasard. Comment un être humain ou un éléphant pourraient apparaître de rien, comme ça ? »

    « Vous êtes communiste ? Pour ma part, j’exècre les goulags et les purges staliniennes ! »

  43. Le renversement de la charge de la preuve
  44. Demander à l’interlocuteur de prouver que ce qu’on avance est faux.

    « Mais prouvez-moi donc que la politique migratoire actuelle est inefficace. »

    « À vous de me démontrer que le monstre du Loch Ness n’existe pas. »

  45. Ad hominem
  46. Jeter le discrédit sur une personne en raison de choses qu’elle a faites ou dites par le passé, en révélant une incohérence de ses actes ou propositions antérieures avec les arguments qu’elle défend.

    « Comment Voltaire peut-il prétendre parler de l’égalité des Hommes alors qu’il avait investi dans le commerce des esclaves ? »

    « Vous vous dites concerné par la justice animale mais vous n’avez pas participé aux manifestation contre les chasses aux loups ! »

  47. L’attaque sur la personne (argumentum ad personam)
  48. Attaquer la personne sur sa moralité, son caractère, sa nationalité, sa religion… et non ses arguments. Sous-entendre ainsi qu’il y ait un lien personnel entre l’argumentation et la personne qui la défend.

    « Critiquer les médecines alternatives, ça ne m’étonne pas de vous, vous avez toujours été sans cœur. »

    « Vous méconnaissez le dossier des banlieues car vous êtes d’origine bourgeoise ! »

  49. L’attaque sur la forme
  50. Relever une moisissure argumentative ou une faute de grammaire plutôt que d’argumenter avec de nouveaux arguments. La critique n’est pas suffisante, mais elle est nécessaire.

    « C’est un pathétique appel à la pitié alors je ne vais pas aider ces gens. »

    « Comparer l’anarchisme à une religion, c’est une analogie douteuse donc je refuse d’écouter tes critiques de l’anarchisme. »

Phrases qui sentent le moisi

Jeu Bonus : Tentez de retrouver à quelles moisissures les parties de phrases suivantes font références ! Plusieurs moisissures peuvent se combiner en une seule phrase !

  1. « Tout le monde sait que... »
  2. « C’est la porte ouverte à … »
  3. « Donc, si je comprends bien votre théorie... »
  4. « Il faut le comprendre aussi...»
  5. « Il y a une chose sur laquelle on est tous d’accord... »
  6. « On est tous là pour la même chose... »
  7. « Je comprends qu’on veuille être moderne mais... »
  8. « Il faut pas se mentir... »
  9. « Ce que veulent les Français, c’est... »
  10. « À partir de là, soit vous êtes pour soit vous êtes contre... »
  11. « C’est fou qu’en 2017.... »
  12. « Je suis pas raciste mais... »
  13. « ...et ça, personne ne le conteste ! »
  14. « ...et ce n’est pas la ligne de votre parti ! »
  15. « ...et je ne suis pas le seul à le penser. »
  16. « ...et avec nos impôts. »
  17. « …pour nos enfants. »
  18. « ...qui n’est pas sans rappeler les heures les plus sombres de notre Histoire. »
  19. « ...et ça, qui peut le nier ? »
  20. « ...mais au moins j’suis entier. »
  21. « ...et c’est seulement du bon sens. »
  22. « ... et sera quoi après ? »
  23. « ... et je suis bien placé pour le savoir. »
  24. « ...mais vous jouez sur les mots là ! »

Pour aller plus loin

Sources des images

La couverture plagie Banksy à gauche et reprend à droite une silhouette disponible sous licence CC BY-SA sur Wikimédia Commons. La page 4 et la quatrième de couverture sont illustrées avec des oeuvres de Goin.

Réponses aux phrases moisies

1. appel au peuple ; 2. généralisation abusive et pente savonneuse ; 3. épouvantail ; 4. appel à la pitié ; 5. raisonnement circulaire (pétition de principe) ; 6. raisonnement circulaire (pétition de principe) ; 7. valeur phare (modernité) ; 8. pétition de principe ; 9. appel à une cause (les français) ; 10. faux dilemme ; 11. erreur de causalité ; 12. défense personnelle ; 13. appel à l'ignorance ; 14. ad hominem ; 15. appel au peuple ; 16. chiffon rouge ; 17. appel à une cause (les enfants) ; 18. déshonneur par association ; 19. renversement de la charge de la preuve ; 20. défense personnelle ; 21. chiffon rouge ; 22. pente savonneuse ; 23. argument d’autorité ; 24. attaque sur la forme.

Envoyez vos meilleurs relevés de moisissures à indice@riseup.net pour de nouvelles impressions et la diffusion des plus belles moisissures de la campagne 2017 !